Source : iae Aquitaine : N°21 Novembre 2012

Depuis juin 2012, un nouvel ACI baptisé Fil de Faire a été crée sur une activité métallerie. Basé à Bègles et porté par l´organisme de formation AFEPT, Fil de Faire emploie 12 salariés en insertion. Embauchés en contrats aidés de 8 mois renouvelables, ils vont être formés aux techniques de la métallerie. Le chantier, qui vient de démarrer, a actuellement plusieurs commandes en cours : réalisation de mobilier urbain, réalisation de garde-corps conformes pour les toits d´immeubles, modification de pieds de sièges de salles de spectacles, réalisation de structures pare-soleil. La plus value du chantier d´insertion réside dans son partenariat avec l´AFEPT, qui prépare aux titres professionnels de soudeur, métallier et tourneur et l´UIMM pour la validation d´un Certificat de Qualification Paritaire de la Métallurgie (CQPM). Le but étant que ceux qui le souhaitent puissent continuer en contrat de professionnalisation ou en Préparation Opérationnelle à l´Emploi (POE). Plusieurs entreprises, TPE ou PME font appel aux services de Fil de Faire, notamment pour pré-recruter des personnes sur des postes ne nécessitant pas forcément un diplôme mais une formation ciblée sur des activités de niche.

Questions à Guillaume Labrousse, référent du chantier :

Quelles sont les techniques utilisées sur le chantier d´insertion ?

Les salariés sont formés tout au long de leur contrat sur la métallerie, depuis la lecture d´un plan au perçage, en passant par la découpe, le pliage et l´assemblage. Dès leur arrivée, ils sont également sensibilisés aux règles de sécurité et aux risques liés à leurs tâches.

Quels sont les profils des salariés embauchés ?

Nous avons 12 salariés, dont 3 femmes et 2 personnes de plus de 50 ans. La plupart n´ont pas travaillé depuis longtemps et sont très motivés par cette opportunité. Tous ne se destinent pas forcément à la métallurgie, mais leur projet professionnel en sera probablement influencé.

Le démarrage du chantier est-il positif ?

Notre activité étant très technique et demandant une grande rigueur, les salariés arrivés il y a quelques temps ont développé une conscience professionnelle qui m´impressionne déjà.